Rapports

Les réalisations en 2016-2017

  1. Assistance et aide sociale  à dix femmes veuves de Nyarubale (don de Suzanne), des sinistrés  de guerres et autres démunis (distribution des vivres et non vivres à 30 familles de Kalunga)
  2. Assistance en transport aux personnes malades et vulnérables de Kamanyola et de Bukavu se rendant à Bujumbura (Burundi) ou Bukavu pour des soins médicaux appropriés dans les Hôpitaux de la place (60 personnes en ont bénéficiées).
  3. Analyse de l’état des  lieux de la question de conflit entre l’autorité coutumière et les administratifs à Kamanyola et suggestions des voies de sortie
  4. Mise en place d’un noyau pilote de club des femmes pour la Paix à Bukavu
  5.  Formation des cercles de paix et développement (CdP) a Gitega ou Cercles des Artisans de paix. Les CdP sont considérés dans le monde comme un espace d’écoute et de parole dans lequel des femmes et des hommes de toutes les conditions participent, dans le but de susciter des échanges francs et sincères ; de créer des espaces de paix pour eux-mêmes et pour les autres ; de développer les qualités humaines de base au sein des familles, telle que la compassion, le don de soi, service, l’écoute véritable ; et d’apprendre à quitter leurs zones de confort pour aller vers ceux qui sont différents. Conscients la taille des enjeux sécuritaires de notre région des Grands-Lacs, les membres des associations CEDAP en collaboration avec Agir Ensemble et Action pour la Paix et le développement en Afrique de Grands Lacs (APDA/GL) se proposent de participer à la session de formation de Gitega 2016.
  6. Renforcement des capacités à travers  les sensibilisations et les formations, le dialogue  sur les enjeux de la parité (cas de conflit lié au genre), la cohésion sociale au sein des communautés par un processus communautaire en associant la femme en tant qu’actrice incontournable dans la promotion de la paix
  7. Production et diffusion des émissions radio communautaire dans  la plaine de la Ruzizi concernant la paix, sécurité et promotion de droits humains,…

La Journée de la paix dans la Plaine de la Ruzizi (11 septembre 2015)

Introduction et contexte

Quand arrivera –t- on à la paix ? Voilà une question entière qui peut être formulée d’une autre manière ; la paix est-elle possible dans notre région ? Dans notre pays ? Dans la région des Grands lacs Africains ?

Comme l’année passée, CEDAP veut inviter les jeunes et les responsables religieux à réfléchir sur l’avènement d’une paix durable dans nos milieux ou il y a le cycle de tensions entre ethnies de Bafuliru, Barundi et Tutsis est infernal malgré la présence des forces des Nations Unies, la MONUSCO censée ‘’écraser’ ’les forces dites « négatives>> et ramener la paix dans la région. Que dire de ces jeunes au chômage, ces femmes violées, ces familles en détresse et vivant en dessous d’un dollar, le jour. Que dire de la démagogie et la manipulation qui caractérisent notre classe politique au point d’attiser la misère et la violence dans nos citées ?

Les jeunes et les leaders locaux des confessions religieuses veulent définir la paix au quotidien. Ils veulent réfléchir sur la paix possible et nécessaire au développement de la communauté. Des échanges de point de vue sur la notion de la paix et l’apport de chacun vont avoir lieu entre les jeunes et représentants des confessions religieuses des villages de Kamanyola, Katogota, Lubarika et Kalunga au centre paroissial de Kamanyola. Au cours de ces échanges, ils vont donner des définitions de la paix à leur niveau. Déjà, il nous a été rapporté que a Uvira les gens disent que la paix c’est “la réparation ; c’est ouvrir les écoles et fermer les prisons, c’est se serrer la main, c’est garantir l’éducation pour tous, c’est le courage de se regarder en face, c’est partager avec les autres, c’est respecter la différence, c’est garantir la sécurité des personnes et de leurs biens. Et d’enchainer qu’il n’y a pas  de paix sans pardon. Aux uns et aux autres manipulateurs qui pensent que la paix serait : « la mondialisation ou la maximisation des recettes ou encore la cessation de crépitement des balles », écouter les voix de jeunes qui vont s’exprimer ce 21 septembre 2015. Ils vont aussi présenter le spectacle des danses traditionnelles des territoires des FIZI et d’UVIRA, permettra aux autorités coutumières des Bafuliru et des Barundi de lancer un appel au retour dans la plaine de la Ruzizi de tous les déplacés qui ont « laissé leur maisons contrée comme un désert ».

Programme

Echanges entre les jeunes de la Plaine de la Ruzizi au Sud-Kivu

Les aspects qui seront abordés dans des échanges d’expériences entre les jeunes seront centrés sur la jeunesse  et la paix (quelle est la signification de la paix ? qui veut la paix ? comment l’obtenir ?) ; la jeunesse et la politique (que faire de la politique ? Quelle attitude faudra –t-il prendre vis-à-vis des politiciens avérés ? Comment contribuer à une paix effective ?).

Et tant d’autres questions qui aideront à éclairer les esprits que, il ne suffit pas de se contenter de la connaissance de ses droits et de l’exercice de ses devoirs mais il faudrait désormais aller jusqu’à construire ou à renforcer son pouvoir de citoyen pour arriver à la construction de la paix et à amener les dirigeants cesseront de prendre des décisions comme si les citoyens n’existe pas.

Projection du film sur la paix

Si possible, la projection du film produit par Interpeace et ses partenaires sur les stéréotypes et manipulations identitaires dans la région des Grands Lacs, est à projeter. Elle sera suivie par un débat houleux sur le degré de la soif de paix des participants. Comment parvenir à la paix ? Une prière sera chantée pour la paix et un repas partagée entre la quarantaine des participants.

Mot de clôture

La journée sera clôturée sur les mots d’engagement pour la paix par les participants et la bénédiction d’un des serviteurs de Dieu présents.

Programme de sensibilisation de cette journée
Jour et Date
Heure
Thème/Sujet
Intervenant
dimanche
20.09.2015
9h00-13h00
Culte sur la paix
  • Paroisses de Kamanyola (RDC)
  • Et Manchester (UK, Lazare)
  • Kabare (Rev Cizungu)
Lundi
21.09.2015
9h00-9h10
Prière
Rév. Igunji Kishibisha
9h10-9h15
Film
CEDAP
9h15-10h00
Echanges et débats sur la paix
Modérateur CEDAP
15h00-15h30
Engagements des participants
Femme Lève-Toi
15h30-15h45
Mot de clôture
Coordination CEDAP
15h45-16h00
Prière
Rév. Marungu
 Participation :

CEDAP : 8 personnes Goma : 2 personnes

Eglise catholique, mosquée, église Anglican et 8ieme CEPAC/plaine de la Ruzizi:10membres

Jeunes : 10 Représentants des associations locales de La population de la plaine de la Ruzizi :

Réalisations en 2014-2016

Une enquête menée à Bukavu sur la prise en charge des vulnérables ; femmes victimes de viols et enfants mal nourris, il a été constaté que 90% des femmes victimes de violence sexuelle sont abandonnées a elles-mêmes après la prise en charge de quelque jours par les institutions concernées et les kits de réinsertion sociale leur offerts. Ces femmes, une fois déchargées, retombent dans le besoin du à l’environnement social d’accueil ; familles démunies, coutumes qui bloquent la réinsertion, etc. Il en est de même pour les enfants mal nourris qui sont déchargés après la prise en charge thérapeutique. Partant de ce résultat et d’autres enquêtes et observations faites au cours de l’année 2013, CEDAP a réalisé ce qui suit:

  • Des actions de développement menées pour la consolidation de la paix sur toute notre étendue, accompagnement et renforcement des capacités des paysans et organisations de développement et de droits de l’homme

Pour l’axe/pool Bukavu, il s’agit de :

  • Participation active aux différentes réunions des groupes de travail sur le leadership féminin dans la ville de Bukavu et environ, et susciter des réflexions sur la création d’un institut pour l’Egalite homme et femme dans la région du Sud-Kivu pour entrevoir des recherches sur les problèmes de genre, emplois des femmes et collaboration avec des organisations de la société civile, des ONG nationales et internationales.
  • Sensibilisation de l’homme à accompagner la femme dans ses démarches d’autopromotion et de parité ;
  • Sensibilisation des femmes à la planification familiale et à la nécessité d’être formée en tant que sage-femme ;
  • Donner l’espace aux femmes victimes des viols et autres discriminations pour réclamer la réparation ;
  • Encadrement des filles en milieu universitaire (clubs et cadre d’échange) ;
  • Appui à la réinsertion scolaire d’au moins d’au moins 100 enfants recensés issus du viol et faire  un plaidoyer  pour leur enregistrement a l’état civil car ils sont nés sous anonymat, ne connaissent pas leur parent et par conséquent n’ont pas de nationalité conforment à la loi nationale qui stipule que « Tout enfant a droit à une maternité, une paternité » ;
  • Capacitation et formation des femmes en droits et l’appui financier et stratégique pour l’auto-prise en charge, la lutte contre les violences domestiques et sexuelles dues à la coutume et a l’ignorance des lois, la planification familiale, etc. sont des priorités pour CEDAP qui peuvent aider à remédier aux facteurs qui alimentent les conflits ;
  • Prise en charge et accompagnement socio-économique des enfants marginalisés après leur passage à l’hôpital pour les thérapies de malnutrition. En effet, après leur prise en charge de quelques jour-voire mois, ces enfants sont abandonnés à eux-mêmes, n’ont plus accès aux soins médicaux, ni activités et ont besoin d’une assistance pour les intégrer dans la société ;
  • Action en faveur des enfants indigents de KEREDI/BYAHENE de la paroisse de NGUBA  qui manquaient d’infrastructure de base et encadrement. D’où le besoin de les identifier, catégoriser en fonction d’âge, condition d’hébergement, etc… et leur venir en aide pour éviter qu’ils ne deviennent pas nuisible à la communauté ;
  • Appuyer les initiatives de paix et de règlement pacifique des conflits dans la région.

Concernant l’axe ou pool Kabare

  • Aménagement des sources d’eau potable dans 6 villages qui en ont exprimés les besoins et formation des fontainiers, comités de gestion et cellules de paix autour de l’eau.

     Pour l’axe Walungu et plaine de la Ruzizi,

  • Contribution à l’amélioration durablement les moyens de subsistance en appuyant des activités d’élevage de petits bétails et de l’agriculture. Pour ce faire, CEDAP s’investit dans le développement de la communauté ciblée en initiant des petites fermes et la culture de maïs, manioc et haricots bio fortifiants pour améliorer la sécurité alimentaire et la santé des populations. Ici, CEDAP compte collaborer avec des organisations de recherche spécialisées en semences améliorées telle que Haverst Plus Bukavu.
  • Renforcement des capacités des acteurs des ILD en la matière, CEDAP asbl organise de séminaires de formation des acteurs de développement des pools, et des cercles de paix pour la résolution pacifique des conflits dans tous les sites de Kamanyola, Katogota, Sange, et Katana.

Actions de promotion des droits humains en RDC. A ce titre, elle a mené des séances de sensibilisation de la population sur les droits internationaux en collaboration avec les différentes institutions (dans tous les sites de Kamanyola, Katogota, Sange, et Katana).

Activités réalisées et résultats obtenus en 2013-2014

  • Prospection des sources d’eau à aménager pour la population de 6 villages du territoire de Kabare ;
  • Production et diffusion de quelques émissions radio communautaire dans la plaine de la Ruzizi concernant ‘les droits de la femme et la coutume, la paix positive et la paix négative, la sécurité humaine et le développement’. Ces émissions ont été produites dans le cadre de sensibiliser les communautés sur les différentes techniques de résolution pacifique des différends et le développement endogène. Elles nous ont permis également d’épingler les notions liées au conflit, développement, sécurité et promotion de droits humains ;
  • Les émissions ainsi que les descentes sur le terrain par les animateurs rapprochent davantage les bénéficiaires des activités de projet de base au profit de la paix et de développement. Ils souhaitent en plus que les associations de développement de la région s’approprient cette sensibilisation-formation. Ce qui explique l’intérêt de collaboration manifesté par des organisations non gouvernementales locales et les couches sociales. Pour compléter cette activité, une enquête a été réalisée dans les trois groupements de la plaine de la Ruzizi  (dans les groupements de Kamanyola, Katogota, et Sange) dans la province du Sud-Kivu. En effet, les résultats de cette enquête ont permis de constater que la femme est toujours moins impliquée dans la gestion de la chose publique et les instances politiques de décision du pays en général et de la région en particulier. D’où le besoin de sensibiliser l’homme pour valoriser la femme afin de promouvoir le développement humain et la bonne pratique des aspects des droits humains;
  • Participation dans le cadre des campagnes/ plaidoyers sur ‘l’école pour tous’ (même aux filles enceintes) et le 30% de représentation de la femme au sein des instances politiques du pays. CEDAP a participé comme membre du groupe de travail Women in leadership chapeauté par International Medical Corps et COFAS;
  • A l’occasion de la journée internationale de la femme, célébrée chaque le 08 mars, et journée internationale de l’enfant le 16 Juin, CEDAP asbl se joint aux activités organisées au niveau provincial en collaboration avec les institutions étatiques et non étatiques;
  • Organisation des décentes régulières sur terrain afin d’accompagner et renforcer les capacités des initiatives locales de développement (ILD). Plus de  15 descentes ont été réalisées au cours 2013 ;
  • Payement des frais scolaires et académiques pour 24 élèves et étudiants, assistance sociale en argent pour 12 veuves et victimes de viols. Aussi une dizaine des filles mères ignorant les pères de leurs enfants ont bénéficié d’un accompagnement psycho-socio-économique ;
  • Nous avons réalisé à travers notre partenaire GRENIER de Kamanyola (en Novembre 2013) deux séances d’écoute et d’enquête de la femme de la plaine de la Ruzizi. Le constat est que la femme a des multiples problèmes notamment ceux liés :
  1. au niveau d’étude ;
  2. à la pauvreté,
  3.  l’ignorance et les coutumes rétrogrades.

Les femmes nécessitent différentes formations et séances de renforcement de capacités, la sensibilisation sur leurs droits et surtout les droits humains, l’accompagnement juridique, la prise en charge psycho-socio-économique pour les victimes de violence sexuelle et l’implication dans les instances de prise de décision a tous les niveaux de la vie sociale. Fort de progrès réalisé dans sa lutte pour son autopromotion en se regroupant en collectif et synergie, CEDAP pense que sa capacitation et formation en droits et l’appui financier et stratégique pour l’auto-prise en charge, la lutte contre les violences domestiques et sexuelles dues à la coutume et a l’ignorance des lois, la planification familiale, etc. sont des priorités pour CEDAP qui peuvent aider à remédier aux facteurs qui alimentent les conflits.